Lauréat du PPC 2019

La Fabrique POLA

Architectes : La Nouvelle Agence (Bordeaux)

Communiqué de presse

PPC 2019

Jury (de gauche à droite) :

  • Gilles Garby – Ikos Consultant
  • Jean-Michel Woulkoff, Président de l’Unsfa
  • Jaufret Barrot, Lauréat de l’édition précédente
  • Evane Brou, adjointe au bureau professions, maîtrise d’œuvre et commande architecturale au Ministère de la Culture
  • Laure-Anne Geoffroy, Vice-Présidente de l’Unsfa, Responsable du PPC
  • Christophe Bury, Secrétaire national de l’Unsfa
  • Moïra Gey-Smith, vice-présidente de l’Unsfa Île-de-France
  • Didier Chinardet, Président de l’Unsfa Île-de-France
  • Marie-Françoise Manière, Présidente d’honneur de l’Unsfa

Primés :

  • Samira Aït-Mehdi et Sylvain Latizeau, La Nouvelle Agence architectes

Discours de Mma Evane Brou, adjointe au bureau professions, maîtrise d’œuvre et commande architecturale au Ministère de la Culture

Monsieur le Président de l’Unsfa, cher Jean-Michel Woulkoff,

Mesdames et Messieurs les membres du jury du Prix du Projet Citoyen,

Mesdames et Messieurs les architectes,

Mesdames et Messieurs,

Tout d’abord mes meilleurs vœux à tous pour cette nouvelle année.

Je suis honoré(e) d’être parmi vous ce soir et je vous prie de bien vouloir excuser Corinne Langlois, directrice de l’architecture par intérim, qui m’a demandé de la représenter pour la remise de ce Prix du projet citoyen 2019.

Comme vous le savez, ce prix initié en 2001, sous le patronage du ministère de la Culture, récompense depuis près de vingt ans les démarches exemplaires et innovantes d’association, de concertation et de co-production du bâti entre maîtrise d’ouvrage, maîtrise d’œuvre et « maîtrise d’usage ».

Le ministère est fier de soutenir ce prix, qui s’inscrit parfaitement dans la philosophie de la politique de l’architecture qu’il porte. Pour le ministère de la Culture, le Prix du projet citoyen est en effet une formidable vitrine des vertus que porte le dialogue entre acteurs de la fabrique de la ville et des territoires.

Reconnaissance de l’apport de tous dans la chaîne de la fabrique des territoires

Vous savez combien il est important de rappeler l’importance de ce dialogue dans le contexte post loi ELAN et des nombreux débats qu’elle a suscités. Certaines de ses dispositions ont en effet sensiblement modifié les relations entre maîtrise d’œuvre et maîtrise d’ouvrage.

Or dans ce contexte nouveau, il importe aujourd’hui de redéfinir l’équilibre des relations entre architectes et maîtrise d’ouvrage, en identifiant et en valorisant les bonnes pratiques à même de produire, dans ce cadre renouvelé, un cadre de vie de qualité. C’est tout l’objet du groupe de travail lancé conjointement par le ministère de la Culture, le ministère chargé de la Ville et du Logement et le ministère de la Transition écologique et solidaire et mené par Pierre-René Lemas sur la qualité d’usage et la qualité architecturale des logements sociaux.

Les projets que nous avons examinés cette année apportent, eux aussi, précisément la preuve que les acteurs de l’acte de construire peuvent et savent travailler ensemble, intelligemment et dans l’intérêt de tous.

Ils démontrent également que l’architecture peut illustrer sa qualité à travers l’esthétique, mais qu’elle ne s’y résume pas. Face aux besoins des territoires et de leurs habitants en matière d’usages, de mode de vie, mais également aux défis relatifs à la transition écologique et aux évolutions sociétales, l’architecture a de nombreuses réponses à apporter. Ces dernières reposent en grande partie sur l’association des parties prenantes tout au long de la chaîne de production du bâti et du cadre de vie, les rencontres vertueuses et le bon fonctionnement d’équipe entre maîtres d’ouvrage, maîtres d’œuvre et usagers.

Lauréat 2019

C’est fort de ces convictions que le jury de l’édition 2019 du Prix du projet citoyen a choisi de récompenser le projet porté par La Fabrique Pola et La Nouvelle Agence / Architectes à Bordeaux.

Ce projet, porté par une communauté d’artistes et de professionnels de l’économie créative, est le fruit de la reconversion d’un hangar sur le quai de Brazza, rive droite, transformé en équipement culturel accueillant ateliers d’artistes, bureaux, espaces d’exposition, mais également tourné vers les publics. En distinguant cette réalisation, les membres du jury ont souhaité reconnaître l’exemplarité de la démarche d’ouverture et d’inclusion des usagers, qui permet de rapprocher l’architecture des publics et des acteurs de la construction, objectif qui constitue d’ailleurs l’axe A de la Stratégie nationale pour l’architecture portée par le ministère de la Culture depuis 2015.

Par son ouverture en direction des publics, sur la vie du quartier et le territoire qu’il investit, le projet de La Fabrique Pola fait également la démonstration que l’architecture a pleinement sa place sur d’anciennes friches industrielles, et qu’elle ne saurait être confinée à de grands projets prestigieux, fruits de commandes exceptionnelles ou réservée à une élite ou aux experts.

Vous le savez, face à la technicité de cette discipline, nombre de nos concitoyens peuvent se sentir illégitimes à exprimer leurs opinions, leurs besoins. A travers ce projet, La Fabrique Pola et la Nouvelle Agence rappellent que chacun est apte à concevoir son cadre de vie et que l’architecture du quotidien, qui n’est souvent pas suffisamment perçue dans nos paysages, existe et doit pouvoir trouver à s’exprimer dans tous les territoires.

Réutilisation de l’existant

Le jury de cette édition tient également à saluer la démarche de réutilisation de l’existant adoptée par les acteurs du projet. Dans un contexte où notre société doit prendre conscience de la nécessité d’économiser les ressources, savoir réutiliser, transformer et adapter le déjà-là constitue un enjeu majeur.

C’est d’ailleurs l’ambition portée par le ministère à travers la politique « Architecture contemporaine remarquable », dont l’objectif est d’inscrire les réalisations des XXe et XXIe siècles dans le temps long de nos territoires et de trouver une voie nouvelle pour les réutiliser tout en préservant les principes fondamentaux qui leur ont conféré leur valeur patrimoniale. Il s’agit de prendre conscience de la capacité d’évolution de l’héritage architectural, tout particulièrement l’héritage récent.

L’accès à la culture pour tous

Les membres du jury et le ministère de la Culture en particulier se réjouissent enfin de la participation de ce projet à la revitalisation d’un territoire par le renforcement de l’accès de tous à la culture. La démarche de projet citoyen, de même que la réalisation qui en résulte – un équipement culturel dont l’objectif est de « favoriser l’entrée de l’art dans le quotidien de chacun » – ont en effet un rôle de premier plan à jouer pour retisser de la ville et du lien social. Le projet de la Fabrique Pola démontre ainsi la force de l’architecture en tant que levier actif et créatif au service de la cohésion sociale.

Je tiens donc, pour toutes ces raisons, à féliciter le lauréat de cette édition pour cette réussite collective qui, je l’espère, fera école.

Je remercie également l’ensemble des candidats pour leur participation, ainsi que l’Unsfa pour son accueil et l’organisation de ce prix qui, chaque année, permet de mettre en lumière les vertus de la co-construction du cadre de vie et les énergies locales déployées en vue de cet objectif.

Je vous remercie et vous souhaite une belle année d’architecture.

PPC : l’architecture en démarche citoyenne

 

Créé en 2001 à l’initiative de l’Unsfa, placé sous le haut parrainage du ministre de la Culture, le Prix du Projet Citoyen distingue une démarche concertée, exemplaire, mise au service des projets d’architecture, d’urbanisme, d’aménagement et de paysage (programmation, études et réalisation, suivi après construction…).

Il récompense les acteurs d’un parcours exemplaire de concertation.

Maître d’ouvrage, architecte et usager-citoyen

Le Prix du Projet Citoyen se veut humaniste. Il reconnaît à l’utilisateur sa qualité de maître d’usage et honore conjointement les acteurs d’un parcours ayant conduit à une véritable co-construction du projet : habitants et usagers ayant participé à l’opération, maître d’ouvrage ayant su rassembler toutes les énergies, auteur architecte ayant su intégrer ces dynamiques communes.

Le livre Archi Citoyen

La création architecturale est d’intérêt public (Article 1 de la loi de 1977) et le projet d’architecture est un acte citoyen. En inventant le Prix du projet citoyen, l’Unsfa démontre que le travail de l’architecte partagé avec les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’usage (les usagers) est au cœur de la vie de la cité.

L’Unsfa appelle aujourd’hui les architectes à s’emparer de ces valeurs et à les diffuser largement autour d’eux. Pour leur permettre de mieux les partager, elle a publié un ouvrage dynamique retraçant les projets lauréats et mentionnés par ce prix :

« ARCHI CITOYEN, dix années du Prix du projet citoyen »

Appel à candidatures

Le Prix du Projet Citoyen revient !

Pour télécharger le dossier de candidature c’est par ici :

Rétrospective : PPC 2017

Palmarès de l’édition 2017

Composé d’un lauréat, d’une mention et d’un prix spécial, le palmarès 2017 illustre, cette année encore la dynamique de l’Unsfa en faveur des démarches participatives, associant les trois acteurs clés d’un parcours de concertation exemplaire : maître d’ouvrage, maître d’oeuvre-architecte et maître d’usage-citoyen.

C’est lors de son congrès, organisé aux Arènes de Metz, que l’Unsfa a dévoilé le 12 octobre, le palmarès de la 17ème édition du Prix du Projet Citoyen.

Jury :

  • Régis Chaumont, Président de l’Unsfa
  • Sabine Fournal, Responsable du PPC
  • Lorenz Bräker, 1er Vice-Président de l’UIA
  • René Grosjean, Maire de Ronchamp
  • Marie-Françoise Manière, Présidente d’honneur de l’Unsfa
  • Gilles Garby – Ikos Consultant

Primés :

  • Claude Valentin et Julien Mussier, Atelier d’architecture HAHA, lauréats
  • Lucas Colombies et Mathilde Billet, Architectes, Association Bellastock, Prix spécial du jury
  • Bruno Tonfoni, Atelier d’architecture – mentionné

LAURÉAT : HALLE DE TENDON – Tendon (88)
Architecte : Atelier d’architecture HAHA – Claude Valentin
Maître d’ouvrage : Commune de Tendon
Maîtres d’usage : Associations de la commune
et public des écoles
Surface : 440 m² de halle couverte – Coût : 295.000 € HT
Réunions de concertation : 6

 

Équipement de loisirs dans les Vosges

L’équipement implanté au cœur du village a une double vocation : l’accueil de festivités annuelles (fête du pain, repas des chasseurs, fête de la Saint-Jean) et l’organisation d’activités en lien avec l’école maternelle. La halle peut accueillir jusque 400 personnes. Les usagers sont les associations sociales, culturelles et sportives de la commune et les enfants bénéficient de la halle pendant leurs récréations et activités périscolaires.

L’excellent écho des futurs usagers s’est confirmé face à un équipement à l’architecture audacieuse, axée sur la qualité des ambiances et le mieux vivre ensemble en développant des activités associatives L’appropriation du lieu a été renforcée par l’utilisation du bois communal dans la structure et la capacité de l’équipe de la commune à fédérer autour d’elle tous les acteurs pour mener à bien ce projet à fort enjeu culturel et social et ancrage local.

MENTION : RECONVERSION de la FILATURE de RONCHAMP – Ronchamp (70)
Architecte : Atelier Cité Architecture – Bruno Tonfoni
Maître d’ouvrage : Communauté de communes Rahin et Chérimont
Maîtres d’usage : Regroupement de divers interlocuteurs en 7 « Cercles de discussion »
Surface : 4500 m2 + 1600 m2 d’espaces couverts
Coût : 5,6 millions € HT (1ère tranche)
Réunions de concertation : 35

 

Sur le site de l’ancienne Filature de Ronchamp, le projet à vocation multiple, se destine à devenir un véritable vecteur d’attractivité économique, sociale et culturelle sur tout un territoire. Développement des activités de services aux entreprises, de nouveaux services à la population dans les domaines du sport, de la culture, des loisirs et du tourisme. Le dialogue mené, associant les futurs utilisateurs jusqu’à la définition de la programmation future du projet, s’est organisé en 7 « Cercles de discussion » avec un 1er cercle constitué d’un comité de pilotage et assistance à la maîtrise d’ouvrage,un 2ème avec les acteurs de la maîtrise d’œuvre plurielle, un 3ème avec les filières locales et acteurs économiques, un 4ème pour définir les temporalités du projet et l’inscrire dans la géographie événementielle des manifestations culturelles, un 5ème avec les futurs usagers et associations locales, un 6ème pour circonscrire la mémoire des lieux, l’architecture et le patrimoine immatériel et un 7e avec les financeurs.

PRIX SPÉCIAL DU JURY : LA FABRIQUE DU CLOS ! Stains (93)
Architecte : Bellastock, association d’architecture expérimentale – Mathilde Billet
Maître d’ouvrage : Seine Saint-Denis habitat, Plaine Commune
Maîtres d’usage : Régie de Stains, Bellastock, associations locales, habitants
Surface : 900 m2
Coût : 175.000 € HT
Réunions de concertation : 10

La Fabrique du Clos, équipement de chantier expérimental proposé par Bellastock, à l’origine de la conception hybride de chantier dans des sites en transformation, s’ancre dans le projet de Rénovation Urbaine du Clos Saint-Lazare à Stains. Le projet intègre habitants et futurs usagers au travers des chantiers de formation en collaboration avec la Régie (entreprise en insertion) de Stains, sur la gestion du lieu et la préparation des matériaux de réemploi, des temps d’animation

avec des scolaires (autour de workshop pour imaginer du mobilier en matériaux de réemploi, jardinage), une sensibilisation du public pour expliquer la démarche et offrir l’occasion aux habitants de prêter main forte pour des petits travaux d’amélioration, une collaboration avec les associations locales afin qu’elles investissent le lieu (notamment l’été pour des guinguettes, jeux en plein air, ateliers, spectacles).

 

 

 

 

 

 

Toutes les photos : © Brigitte Hase

Merci à notre partenaire :