Bien triste idéologie qui consiste à penser que la concurrence sur les prix est toujours bénéfique pour l’humanité.

Nous démontrons régulièrement dans la rubrique « Bon sens » de la revue Passion Architecture que cette concurrence est néfaste dans certains domaines ou certaines circonstances. Mais, tant en Europe à la Commission Européenne ou à la Cour de justice européenne, qu’en France au sein de l’autorité de la concurrence et de certains services de Bercy, les idéologues ne lisent aucune démonstration des conséquences parfois désastreuses de la concurrence sur les prix, non seulement pour les architectes et leurs partenaires de la maîtrise d’œuvre mais également pour les maîtres d’ouvrage et le bien public et condamnent à tour de bras.

Nous militons également pour que le coût global de l’opération (construction et maintenance) soit pris en compte, ce qui nécessite une juste rémunération d’études approfondies.

De ce fait nous regrettons que ce jugement jette l’opprobre sur toute la profession et la valeur du travail de la maîtrise d’œuvre qui ne devrait en aucun cas être sous-estimé, au
risque de voir baisser la qualité de production du bâti dans notre pays. N’oublions pas non plus que la course au prix le plus bas possible dans la maîtrise d’œuvre, pour nous comme pour nos partenaires, se fait au détriment des entreprises de service que nous sommes et de nos collaborateurs. La baisse des rémunérations est un élément de casse sociale et de perte de compétences, et l’Unsfa se doit de lutter contre ces pratiques.

Jean-Michel WOULKOFF
Secrétaire national de l’Unsfa