Les opérations de bâtiment sont, le plus souvent, réalisées avec un maître d’œuvre (architecte ou ingénieur ou professionnels groupés) et des entreprises (corps d’état).

Les travaux ont vocation « officielle » à être allotis, même si les textes ont créé beaucoup de procédures y faisant obstacle. A contrario, la spécificité de la « maîtrise d’œuvre » a, de tout temps, imposé que la mission soit « globale ». C’est d’ailleurs ce que rappelle l’article L 2431-1 du code de la commande publique.

Néanmoins, quelques personnes, sans doute « loin du terrain », s’interrogent sur l’intérêt éventuel d’allotir de tels marchés. Il est donc nécessaire de démontrer que, loin d’être avantageuse,
une telle pratique compromettrait gravement l’efficacité de ce type de mission et donc la qualité des ouvrages.

Lire le dossier en PDFExtrait du Passion architecture n° 68 (mars 2019)

Voir tous les articles de Gilbert Ramus