Le nouveau Bureau National de l’Unsfa a été élu au Congrès de Strasbourg en octobre 2019 et a pris ses fonctions le 1er janvier. Il a pour ambition de promouvoir les réflexions et les actions de nos adhérents et plus généralement de tous les architectes pour les années 2020 et 2021.

A mes côtés, Laure Anne Geoffroy, Vice-Présidente en charge de la communication, Zeina Khawam, Vice-Présidente en charge de la politique technique et de la prospective, Jean-Jacques Bégué, Trésorier, et Christophe Bury, Secrétaire National.

Notre action va tendre à rendre lisible et visible par tous la valeur, dans ses différentes acceptions, du travail en conception et réalisation de la profession des architectes.

 

Ces actions seront donc axées sur :

  • L’indépendance non négociable de l’architecte dans les opérations de maîtrise d’œuvre. L’architecture étant d’intérêt public, l’architecte se doit de rester indépendant de tous intérêts économiques et politiques de l’acte de construire.
  • Nous devons faciliter l’extension du secteur d’intervention des architectes : construction privée, marché des professionnels, les missions courtes, le marché des particuliers, celui de la rénovation énergétique.
  • Nous avons à préciser notre intervention dans le cadre de la commande publique avec la mise en place du nouveau code des Marchés.
  • Et puis les architectes se doivent d’être présents dans la décision politique ou dans l’évaluation des lois promulguées, comme par exemple notre participation à la mission confiée à Pierre-René Lemas par le Ministre de la Culture Franck Riester sur l’évaluation de la loi Elan dans la production du logement social.

Enfin, cette nouvelle équipe a pour volonté de renouer le dialogue avec l’ensemble de nos partenaires que sont l’Ordre et tous nos partenaires de la maîtrise d’œuvre, pour faire entendre notre voix et notre rôle dans l’acte de bâtir.

Dans l’actualité de l’Unsfa, je vais développer six sujets :

1) La réforme des retraites

La réforme des retraites nous a mobilisés depuis plusieurs mois et je tiens à préciser un certain nombre de points :

Au risque de déplaire à certains auteurs d’articles voulant faire sensation, non les architectes et l’Unsfa n’ont pas rien fait ! Ils ont travaillé en coordination avec l’UNAPL et l’U2P à laquelle ils sont affiliés et se sont clairement positionnés sur cette réforme que nous n’avons pas souhaitée.

Nous sommes dans un cas très simple :

  • Soit nous sommes architectes salariés de SA ou gérants minoritaires et donc nous faisons partie du régime général commun ;
  • Soit nous sommes en profession libérale ou gérant majoritaire de société et là nous faisons partie des travailleurs non salariés (TNS).

Pour cette seconde catégorie, notre système aujourd’hui fonctionne avec notre caisse d’assurance vieillesse, la CIPAV ; il s’agit déjà d’une retraite à points, ce qui fait peu de différence avec le futur régime universel. Ce que nous défendons aujourd’hui et que nous avons obtenu et validé dans le cadre de cette réforme des retraites en complet accord avec l’UNAPL :

  • De permettre aux caisses de retraite professionnelles d’instaurer un dispositif optionnel de retraite complémentaire offrant aux professions qui le souhaitent de conserver le niveau actuel de leur revenu de remplacement
  • De clarifier et inscrire dans la loi le taux de l’abattement d’un tiers de l’assiette pour le calcul des cotisations
  • De sauvegarder les réserves, constituées de nos cotisations à la CIPAV. Elles devront être fléchées à l’usage exclusif des professions qui les ont constituées et qui pourront les utiliser souverainement, et notamment à des fins sociales
  • D’inscrire, et nous l’avons obtenu aussi, une représentation spécifique des professions libérales, dans la structure de tête de la future gouvernance du régime universel et la création d’un Conseil de la protection sociale des professions libérales.

Nous n’avons pas signé un chèque en blanc au gouvernement mais avons positionné clairement nos exigences dans le cas de cette réforme que nous n’avons pas sollicité.

2) La transition énergétique et la rénovation énergétique

 

Le marché de la rénovation est immense puisque le gouvernement table, par l’ensemble de ses actions, CITE, PROFEEL et organismes de financement, Anah, Caisse des dépôts… sur un objectif de 500 à 700.000 logements rénovés par an. Nous devons nous former, former nos collaborateurs, être performants pour proposer une démarche globale de rénovation énergétique du logement et des copropriétés.

L’accès à ce marché ne doit pas être l’apanage des grandes agences.

Toutes les structures ont leurs places pour ce marché et l’Unsfa doit en être le défenseur :

Aujourd’hui notre profession est constituée pour
plus de la moitié d’agences de moins de 3 personnes. Que ce soit en soutenant l’association des Architectes De la Rénovation, les Architectes & Particuliers ou que ce soit avec nos partenaires Les Architecteurs, qui plus est en pesant sur les décisions ministérielles, l’Unsfa doit être présente pour proposer et soutenir toutes les initiatives qui permettent à tous les architectes formés d’accéder à ce marché.

3) L’avenir des jeunes architectes, de notre exercice, et l’accès à la commande

Avec la montée du désir d’architecture du grand public, la création du portail France Architecture par le Ministère, comment susciter des vocations, comment accompagner les plus jeunes, comment performer dans notre métier, accompagner la transmission du savoir et le renouvellement de nos agences ?

Les jeunes agences doivent pouvoir accéder à la commande publique, même si elles ont peu ou pas de références. Nous allons voir dans quelles conditions les pouvoirs publics sont disposés à ouvrir les règles de sélection dans les concours.

4) La formation

Avec la Réforme des OPCO, nous avons choisi d’aller à l’OPCO EP.

Le législateur, dans sa répartition des fonds de formation a privilégié la formation en apprentissage et l’alternance.

L’Unsfa sera force de proposition avec son Ministère de tutelle, les représentants des écoles d’architectures, les acteurs du financement de la formation, les organismes de formation pour agir sur le plan de la formation initiale et sur celui de la formation continue et de la réforme de la HMONP :

  • Sur la formation initiale par la généralisation d’une filière en alternance, permettant de mieux gérer une filière interne et son financement par des fonds dédiés à la professionnalisation ou à l’apprentissage et aussi en proposant une restructuration de la HMONP
  • Sur la formation continue en développant la formation mixte
  • En présentiel et en distanciel, dans le respect du contrôle de l’Ordre sur l’obligation de formation.

 

5) Le déménagement

Nous allons quitter le boulevard Raspail en mars pour rejoindre l’avenue Victor Hugo à titre temporaire.

Nous avons négocié avec le nouveau propriétaire de l’immeuble du Boulevard Raspail un échange de locaux pour deux ans avenue Victor Hugo. Ce déménagement va nous laisser le temps de trouver un nouveau siège sur Paris.

6) Les congrès

Le congrès de Rennes

Notre prochain congrès aura lieu du 29 au 31 Octobre à Rennes, au Couvent des Jacobins et je vous invite à nous rejoindre, architectes et partenaires. Le thème de cette année est « Architectes en transition(s) ».

Le congrès de Rio

L’UIA organise son 27ème congrès mondial à Rio cette année du 17 au 23 juillet

L’Unsfa avec Architravel organise à cette occasion un voyage d’étude au Brésil avec plusieurs modules et je vous invite à prendre attache avec Patrick Julien, délégué général de l’Unsfa pour toutes questions sur le programme et les modalités d’inscription.

Voilà un petit extrait de notre nouvelle feuille de route pour 2020.

Je vous remercie pour votre attention, merci aussi à tous les membres du Bureau et du Conseil, aux permanents du siège et je souhaite que nous puissions fédérer toutes les énergies et toutes les initiatives autour de l’Unsfa.

Comme chaque fois je persiste à le dire : « ne restons pas solitaires mais soyons solidaires » !

 

Jean-Michel WOULKOFF,

Président de l’Unsfa