Les jeunes furent particulièrement touchés par la crise sanitaire, qui eut des répercussions sur leur insertion professionnelle.

Pour y remédier, il fut mis en place, par le Gouvernement, le plan « 1 jeune, 1 solution » prévoyant de faciliter l’entrée des jeunes dans la vie professionnelle.

Ainsi, vous en tant qu’employeur, en recrutant un jeune, vous pouvez bénéficier d’une aide financière.

  1. Employeurs bénéficiaires

Toutes les entreprises et associations peuvent faire la demande pour bénéficier de l’aide.

  1. Le montant de l’aide

L’aide s’élève à 4 000 € sur un an pour un salarié à temps plein.

Cela signifie que le montant est adapté au temps de travail et à la durée du contrat de travail du jeune.

  1. Conditions à remplir pour bénéficier de l’aide

L’octroi de l’aide est soumis à des conditions :

  • L’employeur doit recruter un jeune de moins de 26 ans.
  • L’embauche se fait entre le 1er août 2020 et le 31 janvier 2021.
  • La rémunération ne doit pas dépasser 2 SMIC brut
  • Le contrat conclu peut être à durée déterminée mais d’au moins 3 mois, y compris pour un jeune en CDD HMONP, ou en CDI.
  • L’employeur ne doit pas avoir procédé à un licenciement économique sur le poste concerné depuis le 1er janvier 2020.

NB 1

L’aide n’est pas cumulable avec une autre aide d’Etat liée à l’insertion, l’accès ou le retour à l’emploi pour le salarié concerné.

Si le salarié est placé en activité partielle, l’aide n’est pas due pour cette période.

Le plan vise les nouvelles embauches. Par conséquent, le renouvellement des contrats ayant débuté avant le 1er août 2020 n’ouvre pas le droit à l’octroi de l’aide.

 

  1. Adresser sa demande d’aide

La demande d’aide est à adresser à l’Agence de services et de paiement (ASP) via une plateforme internet ouverte à partir du 1er octobre 2020.

L’employeur disposera d’un délai de 4 mois max pour faire sa demande.

L’aide sera versée à l’employeur à la fin de chaque trimestre pendant un an.

NB 2

A la fin de chaque trimestre, l’employeur devra fournir une attestation de présence du salarié à l’ASP pour se voir verser l’aide.